Pl@ntNet

Code COPDI
Espèce Coronopus didymus
Auteurs (L.) Sm.
Famille Brassicaceae
Description synthétique C. didymus est une petite herbe développée en rosette sur le sol, de teinte vert foncé. Elle dégage une odeur forte et désagréable lorsqu'on la froisse. La tige est couchée au sol puis dressée. Elle est poilue et très ramifiée, à la base surtout. Les feuilles sont disposées alternativement le long de la tige. Elles sont très divisées, la division terminale étant de plus grande taille que les divisions latérales. Les fleurs sont petites et vertes. Elles sont regroupées en grappes denses, directement insérées sur la tige. Le fruit forme une petite boule verte composée de deux moitiés verruqueuses. Il renferme deux graines isolées par un étranglement. Il ne s'ouvre pas à maturité ou se sépare en deux parties.
Description cotyledons De taille moyenne, de 10 à 16 mm de long et 1 à 2 mm de large. Linéaires et un peu élargis en massue au sommet, atténués en pétiole.
Description Premières Feuilles Deux premières feuilles généralement linéaires et entières, arrondies au sommet et atténuée à la base en un long pétiole. A complet développement, parfois dentées et plus rarement lobées. Feuilles suivantes divisées, d'abord en 3 à 5 segments entiers et étroits, puis en de nombreux segments latéraux larges, cunéiformes, lobés et dentés. Le lobe terminal est entier et de plus grande taille que les latéraux. Les faces sont glabres.
Description Aspect Plante annuelle, glabre, le plus souvent étalée en rosette étalée procombante ou dressée, de teinte vert foncé.
Description Système Racinaire Pivot.
Description Tige Cylindrique, pleine, très ramifiée, couchée au sol, mesurant de 10 à 40 cm. Pubescente à glabrescente.
Description Feuille Elliptiques à oblongues, pétiolées à la base, sessiles au sommet. Feuilles basales simples, pennatipartites paraissant composées. Segments ordinairement pennatifides, parfois lobés seulement sur le bord supérieur. Feuilles supérieures pennatifides, plus petites. Longues de 7 à 8 cm et larges de 2 cm. Sommet du limbe et des lobes apiculé. Faces glabres.
Description Inflorescence Grappes courtes et denses ou sessiles, à l'aisselle des feuilles.
Description Fleur Petites, blanc verdâtre. Périanthe double composé de 4 sépales libres, longs de 0,6 à 0,8 mm, blanc verdâtre_ 4 pétales, plus courts que les sépales, longs d'environ 0,5 mm, ou absents, blancs. Généralement 2 étamines, parfois 4 _ 2 carpelles, 1 seul stigmate.
Description Fruit Silicule à 2 loges arrondies, verruqueuse et échancrée au sommet, indéhiscente, ou s'ouvrant en 2 moitiés réniformes à semicirculaires. Longue de 1,4 à 1,7 mm et large de 2 à 3 mm. Surface réticulée, rugueuse.
Description Graine 2 par silicule, ovoïdes à ellipsoïdes, brunes, granuleuses. Longues de 0,5 à 1 mm.
Biologie C. didymus est une espèce annuelle se multipliant uniquement par graines.
Ecologie On trouve C. didymus au bord des routes, dans les savanes herbeuses, dans les clairières des forêts ainsi qu’en tant qu’adventice dans les champs, en Afrique de l’Est à 1350 - 2800 m d’altitude, à Madagascar à 1000 - 2000 m, mais partout ailleurs en Afrique tropicale quelquefois aussi à des altitudes plus basses. Il préfère des sols nus, pas trop secs. A la Réunion l'espèce est très commune sur l'île. Elle est présente sur de nombreux sols, généralement argileux, humides, tassés ou peu structurés.
Origine Amérique du Sud
Répartition Mondiale C. didymus est devenu une adventice presque cosmopolite. Il est présent ça et là en Afrique orientale et australe où il a été signalé en Ethiopie, au Kenya, en Tanzanie, en Namibie, au Zimbabwe et en Afrique du Sud, ainsi que dans les îles de l’océan Indien. Il continue d’élargir son aire de répartition.
Nuisibilité Générale Dans certaines régions, C. didymus est considéré comme une grave adventice, par ex. du blé, de la pomme de terre, du pois, de la carotte et de l’oignon en Inde et de l’oignon au Brésil, mais en Afrique il ne semble pas causer de problèmes jusqu’à présent. C’est un hôte pour plusieurs agents pathogènes qui s’attaquent aux plantes cultivées, comme le virus de la mosaïque du concombre, les champignons Sclerotinia minor et Xanthomonas campestris ainsi que les champignons responsables de l’oïdium, les nématodes Meloidogyne javanica et Rotylenchulus reniformis, ainsi que la noctuelle Helicoverpa armigera.
Nuisibilité Réunion C'est une mauvaise herbe globalement peu fréquente et peu abondante au niveau de l'ensemble des cultures (Fr = 25 %). Elle est beaucoup plus fréquente en culture de lentille (Fr = 40 %) et en maraîchage (Fr = 60 %) où son niveau de recouvrement peu atteindre 30 à 50 %.
Bibliographie Le Bourgeois, T., Carrara, A., Dodet, M., Dogley, W., Gaungoo, A., Grard, P., Ibrahim, Y., Jeuffrault, E., Lebreton, G., Poilecot, P., Prosperi, J., Randriamampianina, J.A., Andrianaivo, A.P., Théveny, F. 2008. Advent-OI : Principales adventices des îles du sud-ouest de l'Océan Indien.V.1.0. In Cirad [ed.]. Cirad, Montpellier, France. Cdrom.
Liens Web http://www.tropicos.org/Name/4100420
http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl?316637
http://idao.cirad.fr/species?search=all
online databases KewGarden   Mobot   Ipni   Jstor   ThePlantList   Gbif   EOL   Mnhn   Google Images   LifeMapper  
copdi_060603_090758.jpg