Pl@ntNet

Code CXSES
Espèce Colocasia esculenta
Auteurs (L.) Schott
Famille Araceae
Description synthétique C. esculenta est une plante herbacée sans tige aérienne, issue d’un gros rhizome souterrain tubérisé ou de stolons plus fins. Les feuilles ont un pétiole épais et charnu, plus long que le limbe, atteignant 85 cm de longueur et engainant à la base. Le limbe est grand, pouvant mesurer jusqu’à 80 cm de long et 50 cm de large, de forme triangulaire ou en pointe de flèche, complètement glabre à surface parfaitement hydrophobe. L’inflorescence est formée d’une enveloppe membraneuse, dressée, enroulée et ouverte latéralement, longue de 23 à 30 cm, de couleur jaune à jaune orangé. Elle renferme une colonne verticale, longue de 14 cm, portant dans la zone inférieure des fleurs femelles réduites à un ovaire obovale, dans sa partie médiane, une zone stérile sans fleurs et dans sa partie supérieure des fleurs mâles réduites à 3 ou 5 étamines soudées et enfin une partie terminale conique, stérile rugueuse.
Description Premières Feuilles Issues des rhizomes, elles sont portées par un long pétiole charnu, engainant dans la partie basale. Le limbe est de forme générale triangulaire à sagittée, cordé à la base, plus long que large, au sommet courtement acuminé.
Description Aspect Plante vivace sans tige aérienne, stolonifère, à gros rhizome tubérisé dont les feuilles seules sont aériennes et peuvent atteindre 85 cm de hauteur.
Description Système Racinaire Formé d’un gros rhizome tubérisé et de stolons beaucoup plus fins à entrenoeuds longs permettant la multiplication végétative de la souche. Du rhizome partent de nombreuses racines fasciculées blanches.
Description Tige Tige aérienne absente.
Description Feuille Simples poussant en touffe à partir du rhizome souterrain. Le pétiole est plus long que le limbe, atteignant 85 cm de longueur. Il est charnu, épais, cylindrique et glabre, de couleur verte ou teinté de pourpre ou de pourpre noir. Le tiers inférieur est engainant. Il produit un latex transparent. Le limbe est sagitté, atteignant 80 cm de long et 50 cm de large, obtus à subaigu et courtement acuminé au sommet, cordé, sagitté à la base, pelté en dessous du point d’insertion du pétiole. Les lobes basaux sont soudés sur 1/3 à 2/3 de leur longueur, le sinus est plus ou moins triangulaire. Le limbe est de couleur verte ou taché de pourpre à marge entière. La nervation principale est palmée, trinervée à la base. Le lobe terminal présente 3 à 6 paires de nervures latérales principales assez droites, se divisant en nervures collectrices à 1 à 2 mm de la marge, nervure principale de chaque lobe basal droite, émettant 3 à 4 nervures latérales subparallèles du côté du sommet et une nervure latérale du côté de la base du limbe.
Description Inflorescence Portée par un pédoncule dressé verticalement, atteignant 50 cm de longueur. Elle est formée d’une longue spathe dressée, membraneuse, comprenant une partie basale enroulée, longue de 4 à 5 cm, persistante et un limbe terminal, jaune pâle à jaune orangé, long de 19 à 25 cm, large d’environ 2,5 cm, oblong et décidu.
Description Fleur A l’intérieur de la spathe se trouve un spadice long de 11 à 14 cm. A la base du spadice, sur une hauteur de 3,5 à 4,5 cm se trouvent des fleurs femelles réduites à un ovaire obovale, uniloculaire de 2,8 mm de long, mélangées à des staminodes blancs cylindriques. La partie médiane du spadice est stérile sur une hauteur de 1 cm. Au dessus, sur une hauteur de 4 à 4,5 cm, se trouvent des fleurs mâles, réduites à 3 à 5 étamines soudées. Enfin la partie terminale du spadice, longue de 1 à 3 cm, est conique, stérile et rugueuse.
Description Fruit Petite baie à nombreuses graines, dont le développement dans la nature est très rare.
Biologie C. esculenta est une plante vivace qui se propage végétativement par les rhizomes et les stolons. Elle fleurit assez rarement.
Ecologie Bords de rivières et maraicages.
Origine Colocasia esculenta est présent à l’état sauvage en Asie tropicale, d’où il s’étend jusqu’à la Nouvelle-Guinée et peut-être même jusqu’au nord de l’Australie. Un type à stolons longs est présent dans toute cette région, et on l’a proposé comme ancêtre du taro cultivé sur la base d’une analyse de l’ADN ribosomal. On pense que le taro a été domestiqué au nord de l’Inde, mais une domestication indépendante en Nouvelle-Guinée a aussi été proposée.
Nuisibilité Générale Sa croissance végétative forte contribue à former des populations très denses dont l'ombrage élimine les espèces natives (Weber, 2003).
Nuisibilité Réunion Adventice peu courante dans les cultures, se développant parfois en taches denses dans les zones de bas-fond humides temporairement inondés et des bords de cours d'eau.
Bibliographie Le Bourgeois, T., Carrara, A., Dodet, M., Dogley, W., Gaungoo, A., Grard, P., Ibrahim, Y., Jeuffrault, E., Lebreton, G., Poilecot, P., Prosperi, J., Randriamampianina, J.A., Andrianaivo, A.P., Théveny, F. 2008. Advent-OI : Principales adventices des îles du sud-ouest de l'Océan Indien.V.1.0. In Cirad [ed.]. Cirad, Montpellier, France. Cdrom.
Liens Web http://idao.cirad.fr/species?search=all
http://www.tropicos.org/Name/2102373
http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl?11177
online databases KewGarden   Mobot   Ipni   Jstor   ThePlantList   Gbif   EOL   Mnhn   Google Images   LifeMapper  
cxses_090608_091201.jpg