Pl@ntNet

Code PIFDU
Espèce Pithecellobium dulce
Auteurs (Roxb.) Benth.
Famille Fabaceae
Description synthétique Petit arbre épineux sur le tronc et l’ensemble des branches, pouvant atteindre 10 à 15 m de haut. Epines stipulaires longues de 0,4 à 1,2 cm. Feuilles bipennées, composées, alternes. Une seule paire de folioles ayant chacune une seule paire de foliolules, asymétriques, ovales à oblongues, de 2 à 4 cm de long. Une glande à l’insertion des folioles. Fleurs blanc-verdâtre, sessiles en capitules sphériques pédonculés, disposés en panicules terminales. Le fruit est une gousse déhiscente, verte et rouge irrégulièrement enflée, étranglée entre chaque graine, tordue et enroulée en spirale, mesurant jusqu’à 12 cm de long sur 1 à 2 cm de large. Elle contient 6 à 8 graines noires de 1 cm de diamètre, entourées d’une pulpe douceâtre de couleur blanche à rosée.
Biologie Cette espèce pérenne se reproduit par graines. Fait inhabituel pour une légumineuse, ses gousses charnues et très colorées sont attractives pour les oiseaux qui disséminent les graines après avoir consommé la pulpe. Les graines ont une dormance prolongée. La floraison survient en fin de saison des pluies suivie de la fructification qui se poursuit en saison fraîche. La pulpe des gousses est comestible pour le bétail et les herbivores en général qui contribuent ainsi à la propagation de l’espèce.
Origine Pithecellobium dulce est originaire d’Amérique tropicale et subtropicale.
Répartition Mondiale Il a été disséminé, en Asie pour son tanin, en Afrique sahélienne comme fourrage (gousses riches en protéines et énergie), et pour ses usages en agroforesterie. Il est présent dans de nombreux pays du Pacifique sud.
Nuisibilité Générale Il est considéré comme envahissant à Hawaï, Fidji, en Australie et à la Réunion. L’espèce fait partie des 300 espèces envahissantes majeures de l’Australie tropicale, de l’Océan Indien et de l’Océanie.L’arbuste est très résistant au feu et repart rapidement en émettant des rejets aériens ou à partir de la base après coupe. Lors d’opération de nettoyage, il faut faire attention à la sève qui provoque des irritations aux yeux et sur la peau.
Nuisibilité Nouvelle Calédonie Observé en Nouvelle-Calédonie depuis le début du 20ème siècle, l’arbuste est localement naturalisé dans les zones côtières sèches du fait de sa résistance à la sécheresse.
Bibliographie Blanfort V., Desmoulins F., Prosperi J., Le Bourgeois T., Guiglion R. & Grard P. 2010. AdvenPaC V.1.0 : Adventices et plantes à conflit d'intérêt des Pâturages de Nouvelle-Calédonie. IAC, Cirad, Montpellier, France, Cédérom. http://idao.cirad.fr/applications
Liens Web http://www.tropicos.org/Name/13012638
http://www.ars-grin.gov/cgi-bin/npgs/html/taxon.pl?28697
http://idao.cirad.fr/species?search=all
online databases KewGarden   Mobot   Ipni   Jstor   ThePlantList   Gbif   EOL   Mnhn   Google Images   LifeMapper  
pifdu_230507_071416.jpg